Incendies – Wajdi Mouawad

Incendies de Wajdi Mouawad

incendies-767312-250-400
● Editions Babel ● 2009 ● 240 pages ● 7.70€

 

« Ce n’est pas moi qui pleure, c’est toute ta vie qui coule! »

 

Pour cette nouvelle chronique je vais vous parler d’une pièce de théâtre qui mérite totalement le label de coup de cœur ! (d’ailleurs il s’agit d’un coup de cœur commun puisque Little M l’a également beaucoup apprécié)

DANS CETTE CHRONIQUE AUCUNS SPOILERS (parce que j’ai vraiment envie que vous le lisiez!)

La quatrième de couverture :

Lorsque le notaire Lebel fait aux jumeaux Jeanne et Simon Marwan la lecture du testament de leur mère Nawal, il réveille en eux l’incertaine histoire de leur naissance : qui donc fut leur père, et par quelle odyssée ont-ils vu le jour loin du pays d’origine de leur mère ? En remettant à chacun une enveloppe, destinées l’une à ce père qu’ils croyaient mort et l’autre à leur frère dont ils ignoraient l’existence, il fait bouger les continents de leur douleur : dans le livre des heures de cette famille, des drames insoupçonnés les attendent, qui portent les couleurs de l’irréparable. Mais le prix à payer pour que s’apaise l’âme tourmentée de Nawal risque de dévorer les destins de Jeanne et de Simon.

Bon à savoir sur ce livre :

  • il s’agit du deuxième tome de la tétralogie Le Sang des promesses (1/ Littoral, 2/ Incendies, 3/ Forêts et 4/ Ciels) tomes que l’on peut lire dans le désordre sans être désorientés
  • C’est une réécriture du mythe d’Œdipe (Œdipe Roi de Sophocle)
  • Il vient d’être adapté au cinéma par Denis Villeneuve (nous sommes aussi allées voir le film, j’en dirais un mot à la fin)

Pour commencer, je vous conseille de lire ce livre en une seule fois, d’abord parce qu’il est court, puis parce qu’il est dynamique. En effet je pense que si on s’arrête au milieu pour reprendre plus tard, le temps de se remettre dedans on pourrait rater des éléments, et ce serait dommage ! Et pour ceux qui ont tendances à s’endormir en lisant le soir (c’est mon cas) je vous conseille de le lire en journée, parce qu’il demande une certaine concentration. Pas une concentration qui demande un effort non, mais plutôt l’impression d’être pris dans une enquête qu’on ne peut plus lâcher. Par contre, là où ça peut être un peu plus compliqué et où la concentration prend pas mal d’importance c’est quand différentes époques ou différentes actions se déroulent en même temps, dans la même scène. Mais c’est aussi cela qui donne un certains dynamisme au livre et qui m’a vraiment plu.

La pièce est organisée autour de quatre actes, de quatre « incendies » : L’incendie de Nawal, L’incendie de l’enfance, L’incendie de Jannaane et L’incendie de Sarwane. Pour ma part, je n’ai prêté attention à ces noms  qu’après ma lecture, ce qui m’a fait louper quelques éléments, c’est pourquoi je vous en parle.

Bon. J’imagine que je n’ai pas besoin d’aborder la dimension tragique puisqu’il s’agit d’une réécriture du mythe d’Œdipe on imagine bien que ce n’est pas toujours tout rose, mais je la mentionne pour mettre en valeur le registre comique également présent. En effet le notaire Hermel Lebel, avec sa façon de partir dans tous les sens et ses expressions revues et corrigées… Enfin moi j’ai trouvé ça assez drôle ! (bon j’ai dis aucun spoil mais bon, je vous donne un exemple quand même : « C’était pas la mer à voir » … voilà ce n’est pas grand-chose mais comme entrée en matière je trouve ça cool) Oui parce que dès la première scène c’est le notaire qui nous mets dans l’ambiance.

Ce livre a aussi une dimension symbolique très importante, qui donne de la profondeur au texte.

Pour finir concernant l’écriture de Mouawad, j’ai totalement accroché ! Il nous fait plonger dans son roman et on a plus envie d’en sortir et quand c’est finit on en redemande ! (je pense lire le reste de la tétralogie d’ailleurs). Avant de le lire, je savais déjà qu’il y aurait une adaptation au cinéma et au début ça m’a parut… étrange « Quoi !? du théâtre.. au cinéma !? » Mais en lisant j’ai mieux compris. Autant cette pièce doit être un énorme casse tête à mettre en scène, autant l’écriture de Mouawad est plus cinématographique. J’aime quand je n’ai aucun mal à me représenter une scène dans ma tête et là j’étais servie !

Bon je crois avoir abordé tous les points qui me semblaient importants, donc préparez vous un bon chocolat chaud, un thé (earl grey aux agrumes pour ma part) ou un café et appréciez, vous ne regretterez pas !

Ma note : 18/20

La note de Little : 17/20

A propos du film :

GENIAL ! à voir ! C’est totalement différent enfin l’histoire est commune évidemment mais on a vraiment deux œuvres à part entière. Ici pas question de dire « oui par rapport au livre je suis déçue » Non! leurs différences fait qu’on n’a pas l’impression d’une pâle représentation de la pièce au contraire ça aurait été dommage de passer à côté !

Une petite interview du réalisateur et de quelques acteurs : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19144479&cfilm=179349.html

Publicités

6 réflexions sur “Incendies – Wajdi Mouawad

    • Dans la lignée des réécriture d’œdipe je te conseille aussi La Machine Infernale de Cocteau, une réécriture qui colle un peu plus avec le texte d’origine et qui est aussi super! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s