Walking Disaster (tome 2) de Jamie McGuire

Walking Disaster de Jamie McGuire (ATTENTION GROS SPOILERS j’ai essayé de ne pas trop spoiler la toute toute fin parce que c’était inattendu mais le reste ce sont des choses que l’on apprend dans le tome 1 de toutes façons)

beautiful,-tome-2---walking-disaster-513830-250-400
● Editions J’ai Lu ● 2014 ● 473 pages ● 13€

 

Pour se replacer dans le contexte, Walking Disaster c’est le tome 2 ou plutôt tome 1 bis (parce que vous n’êtes pas obligés de lire le 1) de Beautiful Disaster, qui n’est pas la suite mais la même histoire réécrite d’un point de vu différent. C’est-à-dire dans cette histoire d’amour entre Abby et Travis, Abby est le narrateur du tome 1 et Trav (de son petit nom) du tome 2 (1 bis), mais il s’agit bien d’EXACTEMENT la même histoire, ça va je ne vous ai pas perdu ?

 

 

 

 

Donc tout de suite pour commencer je vous préviens je ne pourrais comparer que vaguement les deux tomes ayant lu le 1 il y a moult temps. Cependant je ne vous conseille pas de lire les deux à la suite parce que même un an plus tard, l’impression de relire un livre déjà lu est revenu à plusieurs reprises. Mais je pense qu’il est quand même très intéressant de lire les deux points de vu !

Vous l’aurez compris, dans cette chronique il s’agira plus d’un avis global sur les deux bouquins.10979244_933834069983421_503525002_n

D’abord, l’auteur, j’avais déjà bien aimé son écriture dans le tome 1 et en plus là je la trouve franchement douée ! Pour être une femme et écrire du point de vu d’un garçon je trouve déjà ça fort mais en plus là je ne vous parle pas de n’importe quel homme c’est Travis Maddox ! Le dieu de la fac, violent, brisé, instable, (un peu vulgaire) et fou. Surtout fou oui, mais fou amoureux. Fou amoureux d’Abby donc, la petite qui à l’air toute propre sur elle, toute jeune et innocente mais qui est en fait une « retraitée » de Vegas élevée par la mafia.

Ce que j’aime justement c’est qu’on croit ouvrir un livre avec une histoire bateau « le dieu de la fac qui attire toute les filles, avec son côté bad boy et beau ténébreux et LA fille à qui il ne plaît pas dont il tombe bien sûr amoureux » en somme « tout les opposent, vont-ils surmonter leurs différences et vivre heureux ?» mais on s’en éloigne très rapidement quand on apprend qu’Abby a également un côté bien sombre et qu’on trouve que Travis amoureux c’est un peu cucul la praline (vous comprendrez quand je parlerais de la fin) (mais pas totalement non plus parce que Travis amoureux = peur de la perdre = Travis violent) (oulah, je me trouve vachement mitigée!).

Enfin bon les personnages me plaisent bien. Je trouve belle également l’amitié entre America et Abby, quand je referme le livre et que j’y pense, je me dis que c’est fou, leur proximité, leur complicité, ce qu’elles ont traversés ensemble, comme elles sont soudées (et solide comme la soudure (ah danakil quand tu nous tiens)). Ca fait sacrément réfléchir ! Imaginez : jeune et innocente vous rencontrez une fille fort sympathique vous devenez très amie avec elle mais vous découvrez qu’elle est très impliquée avec la mafia, qu’à 13 c’est la meilleure pokéreuse de Vegas (pokéreuse : nom féminin, très proche du radical Pokémon mais qui n’a rien à voir, qui signifie « une fille qui joue au poker), ça ne vous donnerait pas envie de fuir en courant ? M’imaginer à sa place, ça me pose question quand même.

Travis, lui, plus cru et violent, m’a fait verser une larme dès la première page à la mort de sa mère. Et son histoire avec ses frères, enfin voir comment on rend des liens familiaux (surtout entre frères et/ ou sœurs) dans les livres me passionne, je ne sais pas comment m’exprimer, ils sont violents certes mais seront toujours là les uns pour les autres.

Par contre la fin ! Oh Travis de mon cœur tu m’as déçue ! après un livre pleins d’actions, de rage, de pulsions on nous sert une fin gnangnan au possible ! Enfin je dis ça mais j’aime les happy ends et le dénouement est plutôt sympathoche et original dans ce que Travis devient mais le cliché de la petite famille parfaite avec les enfants qui attendent le bisou de papa pour dormir « Bonne nuit papa » « Bonne nuit mon chéri » et puis « je l’aime comme au premier jour » « l’amour de ma vie » ça on l’aura compris. Pardon, c’est bien ça renforce la profondeur de leur amour mais c’est un peu rébarbatif à la fin.

Bon, globalement c’est plutôt positif quand même !

Ma note : 15/20

Publicités

7 réflexions sur “Walking Disaster (tome 2) de Jamie McGuire

    • Non aha 😉 Mais je pense qu’à chaque fois c’est juste une petite référence à leur première rencontre, enfin il aurait pu choisir qqch d’un peu plus romantique quand même :p

  1. ^_^ Je n’ai tellement pas aimé le premier que je ne vais surtout pas me risquer à lire le point de vue de Travis… Ou alors il va falloir trouver des arguments en béton armé pour m’y obliger 😛 Mais il en faut pour tous les gouts et je suis contente que tu ais passé un bon moment ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s