Harry Potter and the Cursed Child, Part One and Part Two – J.K Rowling, Jack Thorne et John Tiffany.

ZZ07F664E6

« Keep The Secrets » sont les mots sur les badges distribués quand quittons le théâtre pour la partie un et deux. Une devise qui me rend la vie difficile parce que j’aurais envie de parler de cette histoire au monde entier. Mais je suis heureuse de vous dire que John Tiffany est un metteur en scène incroyable.

It was always difficult being Harry Potter and it isn’t much easier now that he is an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband and father of three school-age children. While Harry grapples with a past that refuses to stay where it belongs, his youngest son Albus must struggle with the weight of a family legacy he never wanted. As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: sometimes, darkness comes from unexpected places.

Mon anxiété de départ était sans aucun doute renforcé par le fait que, pour la première fois, JK Rowling était moins impliqué que jamais. Bien que la pièce soit partiellement entre ses mains (l’auteur a contribué à créer l’histoire pour Cursed Child), ces ajouts canoniques sont hautement collaborative et sous le contrôle d’autres créateurs, pour la première fois dans l’histoire de Harry Potter.

Pour beaucoup de jeunes adultes, Harry Potter n’est pas seulement une histoire qu’ils ont aimé étant gamin. Ils ont grandi avec, il les a aidé à comprendre le monde et eux-mêmes. J’étais en CE1 quand j’ai lu le premier livre, et je n’ai plus jamais lâché Harry. Ces livres sont inextricablement liées à mon enfance et à la personne que je suis -et je suis loin d’être la seule-.

Franchement, c’était tout ce que je n’avais même pas osé espérer et bien plus encore. 

Curses Child nous donne, non seulement, un aperçu de nouveau de la vie des personnages que nous connaissons et aimons, mais se laisse agrandir par des changements intéressants de façon très audacieuses. Je savais que Cursed Child serait magique; je ne me attendais pas à ce que ce soit si incroyablement spécial.

Astucieusement, les scénaristes ne nous font pas choisir entre la génération d’Albus et celle d’Harry. L’Enfant Maudit réussit, en collant de si près aux thèmes de la trame original: la lutte pour accepter le caractère inévitable et définitif de la mort, le pouvoir (et, parfois, non), le fait que nous devons, nous même, façonner nos propres histoires, le défi de grandir, et (bien sûr) le pouvoir indéfectible de l’amour.

Je déteste le dire, étant donné que je sais que ce ne serait pas réaliste pour de nombreuses personnes: si vous le pouvez, allez à Londres voir Cursed Child. La mise en scène et les performances (sans parler de la bande son immersive d’Imogen Heap) donne vraiment vie à cette histoire. Le script, lui-même, est beau et habile et rempli de grandes citations, mais l’interprétation scénique est ce qui donne vie à ces mots.

hp18

Il y a quelques effets spéciaux jetés au milieu de l’angoisse perceptible, et de voir cela sur la scène londonienne était rien de moins que magique. Je ne sais pas à quel point ce jeu se traduira pour ceux qui le lisent sous forme de script à la maison. Il y a quelque chose de spécial à regarder une pièce de théâtre dans le cadre d’un public engagé. Il y avait, à divers reprises pendant les spectacles, halètements audibles, éclats de rire, un délicieux sentiment de crainte, et un sentiment tangible de chagrin dans l’auditoire.

Je parlerais très rapidement des comédiens: pour moi Scorpius Malfoy (joué par Anthony Boyle <3) est le point culminant de cette histoire. (je n’en dirais pas plus).

Les livres ont d’abord était adapté en film, et je les aime bien pour la plupart même s’ils sont des adaptations d’histoires déjà existantes qui sont incapables de capturer une grande partie de l’émotion des livres. L’enfant maudit n’a pas ce même problème. Non seulement c’est une histoire originale plutôt qu’une adaptation, mais c’est aussi et surtout: un jeu. Le théâtre comme moyen d’expression a une immédiateté et une intimité que le film ne peut pas tout à fait imiter. (Le cinéma a des forces différentes.) Pour moi, l’expérience qu’a été de regarder l’enfant maudit au Palace Theater était beaucoup plus proche de l’expérience de ma première lecture des Harry Potter comme enfant et adolescente.

Dans des dernières années qui ont apporté tant de haine, d’instabilité et de troubles politiques, je pense que le monde a besoin d’un autre Harry Potter. Comme l’a dit Rowling: «Une histoire ne vit pas à moins que quelqu’un ne désire l’écouter. Les histoires que nous aimons le plus vivent en nous pour toujours. Alors, peu importe que vous revenez par page ou par grand écran, Poudlard sera toujours là pour vous accueillir à la maison.». C’est bon d’être à la maison.

(Bon Anniversaire J.K Rowling et Bon anniversaire Harry Potter.)

Stage Dive, tome 1 : Rock – Kylie Scott – Un cocktail un peu bateau mais très frais et rock ‘n’ roll !

stage-dive,-tome-1---rock-551231 2
● Editions JC Lattès (Collection &moi) ● 2014 VO / 2015 VF ● 299 pages ● 12.50€

Le Livre:

Après une nuit bien arrosée à Las Vegas pour ses vingt-et-un ans, Evelyn se réveille avec un terrible mal de tête et un bel inconnu à côté d’elle, sans aucun souvenir de la veille. Lorsqu’elle se rend compte qu’elle a une bague au doigt et le prénom « David » tatoué sur la fesse, elle ne tarde pas à comprendre qu’ils se sont mariés durant la nuit… Et elle n’est pas au bout de ses surprises en découvrant des hordes de paparazzis devant chez elle : David est en fait le guitariste de Stage Dive. Mais peut-elle vraiment envisager une relation avec une rock star ?

Mon avis:


A cause du contexte « groupe de rock », j’ai commencé ce livre avec des préjugés et je m’attendais à une histoire trash et un héros excessivement bad boy. Ou à un truc vachement culcul, ennuyant à mourir avec une héroine franchement pas attachante (pour rester polie) un peu comme Rien qu’une chanson.

Mais au contraire, c’était frais, mignon, léger. Les premières pages sont très addictives et donnent directement le ton. Evelyn se réveille un matin avec une gueule de bois de la mort qui tue et des souvenirs douloureusement flous, avec un homme magnifique, fort et tatoué à ses côtés.

 » Je me réveillai sur le carrelage de la salle de bain. J’avais mal partout et une haleine de poney. Mais qu’est-ce qui avait pu se passer, hier soir ? Je me souvenais du compte à rebours jusqu’à minuit et de l’exaltation d’avoir vingt et un ans. Enfin majeure ! Je me revoyais danser avec Lauren, discuter avec un mec. Et puis BAM !
Tequila. »

Evie est une héroïne rafraîchissante, terre-à-terre et honnête. Je me suis immédiatement prise d’affection pour elle. Elle n’est pas un stéréotype mince et parfait, mais n’est pas non plus une fille mal dans son corps. Elle ne va pas chercher à s’enfuir, sur-réagir ou tomber aux pieds de David dès les premiers signes de «pardon». Elle est juste une fille normale dans une situation très anormale. Et elle réagit en conséquence. 

Honnêtement, sur la fin, quand je voyais où ça allait, j’avais peur qu’elle se laisse faire assez facilement, mais il s’est avérée que non. J’ai respecté ses décisions et aimé la façon dont elle a géré le tout.

Je suis totalement tombé en amour pour David. Il a fait fondre mon petit cœur. Il était tellement doux, tendre et dur à la fois (un peu comme les Tic-Tac à la menthe). Il n’est pas le bad-boy que la plupart des livres du genre nous montrent.

« Ce n’est pas juste que tu te souviennes et moi pas. »
« Non, » dit-il, sa voix dure, froide, d’une façon que je n’avais jamais entendue. Il me regarda, la machoire serrée. « Ce n’est pas juste que je me souviennes, et toi pas, Evelyn. »

Le style d’écriture à une belle allure, c’est amusant et crédible, doux et très sexy. J’ai hâte de découvrir les autres protagonistes, l’auteur apporte juste la bonne dose de personnages secondaires pour nous intéressés pour les futurs story lines. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé Malcom (aka Mal), qui est bourré d’humour et de répliques sarcastiques. Mais celui qui m’intrigue le plus reste Jimmy (le frère de David), alors que j’ai trouvé Ben très effacé dans ce premier tome. Lauren, Nath et Amanda sont également très sympathiques !

Mal: « Tu as kidnappé une nana. C’est super mais totalement illégal, Davie. Tu vas probablement devoir la rendre. »

Certes c’est une romance « rock star » et ça reste donc prévisible la plupart du temps. Mais à mon sens, c’est aussi un livre sur les prises de risque, il vous incite à suivre vos envies (je vais peut-être trop loin dans mon raisonnement ?). Et ça avec juste la bonne quantité de tout ce qu’on peut souhaiter pour ce genre-là.

Ma note: 4.5/5

Héros de l’Olympe, tome 1 : Le Héros perdu – Rick Riordan… toujours aussi doué !

10619555
● Editions Albin Michel (Collection Wiz) ● 2010 VO / 2011 VF ● 576 pages ● 18.50€ (poche: 7.90€) ● Lu: 09/02/2016

Le Livre:

TROIS NOUVEAUX DEMI-DIEUX
UN HEROS PERDU
UN SORT QUI POURRAIT
TOUS LES DETRUIRE …

Lorsque Jason, Piper et Léo arrivent à la Colonie des Sang-Mêlé, le seul refuge pour les enfants de demi-dieux, ils croient enfin être en sécurité. Pourtant autour d’eux, le climat est à la guerre.
Les demi-dieux s’entraînent au tir à l’arc avec des flèches enflammées et des explosifs. Et la rumeur d’une terrible malédiction court d’un demi-dieu à l’autre. Pire encore : Jason, Piper et Léo sont les élus pour une dangereuse quête qui doit être accomplie avant le solstice d’hiver.
Le trio à quatre jours pour délivrer Héra et empêcher la malédiction de se réaliser …

(Essayez de ne pas trop lire les autres résumés sur internet, ils sont remplis de spoilers…)

Mon Avis:

J’ai déjà lu ce livre en 2012. Pourquoi n’ai-je pas continué à lire les Héros de l’Olympe, dites-vous ? J’ai pourtant l’entièreté de la série dans ma PAL. Mais je ne voulais tout simplement pas finir cette merveilleuse saga, car après cela, plus de Percy Jackson … * sanglote * (même si je viens d’apprendre qu’une nouvelle série sur Apollon allait sortir :OOOO)

Sept Sang-Mélé obéiront à leur sort

Sous les flammes ou la tempête, le monde doit tomber

Serment sera tenu en un souffle dernier

Des ennemis viendront en armes devant les Portes de la Mort.

Une quête. La nouvelle grande prophétie a commencé …

Nouvelle prophétie, nouveaux personnages, nouvelles aventures, le même monde ÉPIQUE !!!

Pour être honnête, la première fois, j’étais un petit peu nerveuse. J’avais peur que ce livre ne soit pas à la hauteur de mes attentes. Percy Jackson et sa bande étaient des personnages étonnants et je ne savais pas si j’étais prête à les laisser de côté pour voir tout un tas de nouveaux demi-dieux sur le devant de la scène.
Ouais, par l’enfer, j’avais tort. Rick est LE Dieu de la situation, et il a rapidement calmé mon esprit quand j’ai commencé ce livre. Les larmes sont littéralement venues à mes yeux quand j’ai eu terminé. Vous n’imaginez pas à quel point ce monde m’a manqué.

Hebergeur d'image

J’ai adoré ce roman ! J’adore tellement toute cette série ! Rick est comme la version homme de JKR pour moi, il a une imagination incroyable et l’adrénaline qu’il met dans son récit me laisse sur le cul à chaque fois. Il est captivant, j’ai savouré chaque mot de ce livre de plus de 500 pages et j’en veux déjà plus. L’intrigue est à couper le souffle. Elle est beaucoup plus complexe et recherchée.

Il y a tellement de nouveaux personnages haut en couleur, de créatures et de monstres. Riordan intègre parfaitement la mythologie grecque et romaine. La façon qu’il a de le faire est très ingénieuse. Certains éléments de PJ, ont maintenant plus de sens et c’est là qu’on se rend compte du vrai talent de l’auteur. On retrouve certains de nos héros préférés, même si j’avoue que la présence de Percy (Nico aussi…) m’a énormément manqué, mais on la ressent tout le long du livre. Oui, tout du long, vous vous posez des questions pour savoir où est Percy. Riordan vous donne juste assez de réponses pour vous apaiser mais il y a toujours plus de questions que de réponses jusqu’à la révélation finale. Il y a un équilibre parfait entre ce qu’il nous donne et les informations qu’il garde. Heureusement, le prochain tome est centré sur lui.

Oh, j’ai aimé l’introduction des nouveaux personnages qui donne de suite le ton. Le courage et le leadership de Jason, la volonté de Piper, et l’humour de Léo. Ne jamais les comparer au trio dans Percy Jackson. Ils sont complètement différents et tout aussi incroyables.

Léo faillit s’étrangler.
– Ta mère est une déesse de l’arc-en-ciel ?
– Ça te dérange ? rétorqua Butch.
– Du tout, du tout, dit Léo. Très macho, les arcs-en-ciel.
– Butch est notre meilleur cavalier, ajouta Annabeth. Il s’entend très bien avec les pégases.
– Des arcs-en-ciel, des poneys…, marmonna Léo.
– Je sens que je vais te jeter par-dessus bord, l’avertit Butch.

Héros de l’Olympe est bien parti pour être aussi bien que Percy Jackson. « Le Héro Perdu » se montre très prometteur pour la suite « Le Fils de Neptune ». L’écriture est à la troisième personne, mais il y a toujours la même sensation de première personne que dans la série initiale. Le livre dispose de trois pdv différents et chaque chapitre sur le personnage ciblé est particulièrement bien personnalisé. J’adore tout ce qui concerne ce livre.

Donc…

Hebergeur d'image

Ma note: 5/5

coup de coeur 2

La Quête d’Ewilan, tome 2 : Les frontières de glace – Pierre Bottero – Pourquoi ai-je attendu si longtemps ?

la-quete-d-ewilan,-tome-2---les-frontieres-de-glace-2829552
● Editions Le Livre de Poche ● 2003 ● 272 pages ● 7.60€

Le Livre: 

Ewilan et Salim sont partis avec leurs compagnons aux abords des Frontières de Glace pour libérer les Sentinelles garantes de la paix. Un périple plein de dangers, au cours duquel Ewilan devra une fois de plus affronter ceux qui ont juré sa perte ; mais le groupe découvrira aussi de nouveaux alliés, dont une marchombre aux pouvoirs fascinants…

La Quête d’Ewilan, les chroniques.



Mon avis:

Qu’est-ce qu’il m’a pris d’attendre aussi longtemps pour lire cette merveille ? J’ai encore des frissons et des étoiles dans les yeux.

“Parce que sans tes yeux, je suis aveugle. Sans tes mots, je me perds. Parce que sans toi, mon âme est nue. Sans toi, je ne suis rien… Parce que… je t’aime…”

Une lecture dans la continuité du premier tome, très agréable et facile à lire. L’aventure est encore plus poussée et j’étais complètement dans l’histoire. J’ai adoré suivre la quête de nos personnages. Le tout reste très jeunesse, mais l’on sent quand même une certaine profondeur, que ce soit la psychologie des personnages ou l’univers très bien travaillé. Voilà une force qui était celle de Pierre Bottero: écrire des livres jeunesses sans prendre son public pour des enfants.

Le monde de Gwendalavir prend littéralement plus de couleurs et de féeries avec les descriptions extraordinaires du voyage (la quête !) que fait l’auteur à travers les yeux des personnages, mais aussi grâce aux petites citations présentes en chaque début de chapitre. L’histoire de Gwendalavir se dévoile.

Ce que j’aime par-dessus tout en Gwendalavir, outre la salade de champignons, c’est l’inutilité du mot impossible.
Merwyn Ril’ Avalon

Au-delà de l’imaginaire, ce livre est d’une profonde humanité. C’est une très belle histoire d’amitié, de dévotion et de solidarité. Il nous fait prendre conscience que le fait de trouver sa voie n’est pas forcément synonyme d’égoïsme. Une fois de plus, j’ai souri et même esquisser des petits rires grâce à l’humour bien présent, surtout avec Salim et Bjorn qui ne cessent de se lancer des piques parfois absurdes mais drôles. Les personnages, bien que toujours stéréotypés, sont mieux maîtrisés, leurs personnalités plus définies ce qui en fait un petit groupe extrêmement attachant. Deux nouveaux compagnons rejoignent d’ailleurs l’aventure.

“Tout parle à qui sait lire, voir et écouter.”

La seule chose qui m’a dérangé c’est que j’ai trouvé la fin peut-être un peu précipitée. Les événements s’enchaînent à toutes vitesses. J’aurais préféré que cette partie soit plus longue et détaillée. Le petit plus: à la fin il y a un glossaire des personnages/créatures du roman.

J’ai étudié l’autre monde. Il est déchiré par la guerre depuis des siècles. Les hommes s’y entretuent, anéantissent en une journée ce qu’ils ont mis des années à bâtir… J’aimerais pouvoir affirmer que cela n’existe pas en Gwendalavir, c’est hélas impossible. La guerre existe ici aussi. Peut-être l’homme est-il fondamentalement allergique à la paix ?
Maître Carboist, Mémoires du septième cercle.

Ma note: 4.5/5

coup de coeur 2

La Quête d’Ewilan:
1 – D’un monde à l’autre
2 – Les Frontières de glace
3 – L’Île du Destin

 

Harry Potter à l’école des sorciers – J.K Rowling illustrée par Jim Kay

Le Livre:
 
Gallimard Jeunesse – 254 pages – Edition illustrée 2015 – Edition originale 1999 – 39.90€
 –
Le jour de ses onze ans, la vie de Harry Potter est bouleversée à jamais quand Rubéus Hagrid, un géant aux yeux brillants comme des scarabées, lui apporte une lettre ainsi que d’incroyables nouvelles. Harry Potter n’est pas un garçon comme les autres : c’est un sorcier. Et une aventure extraordinaire est sur le point de commencer.
 
Cette toute première édition illustrée du roman de J. K. Rowling regorge de superbes images en couleurs réalisées par Jim Kay, lauréat de la Greenaway Medal. Ce livre est un régal abolu, tant pour les fans de la première heure que pour les nouveaux lecteurs.
 
Mon avis: 
– 
Les mots ne peuvent décrire à quel point j’étais excitée quand j’ai entendu qu’ils faisaient une édition illustrée de ces merveilleux livres. Après beaucoup de messages subliminaux, je l’ai reçu à Noël (merci mamie !).
 
Je ne suis pas déçu du tout, et je le recommande fortement. Cependant, je comprends que cela reste un livre assez cher, voici donc toutes les choses qu’à mon humble avis vous devriez, savoir avant de prendre votre décision.
 –DSC_0357
 –
 Le texte est identique au premier livre original de la série, mais en plus, il y a plein d’illustrations incorporées dans les pages ou des petits dessins sur le côté du texte. L’illustrateur, Jim Kay, fait un travail incroyable d’imaginer un monde que la plupart d’entre nous se représentent déjà grâce/à cause (rayer la mention inutile) aux films. On se prend dans les dents (et on adore ça) son interprétation des moments cruciaux du livre. Il a donner une nouvelle vie aux personnages, tout en les rendant immédiatement reconnaissable.
 –DSC_0365 DSC_0366
(comme elle a compris que je pouvais pas la caresser avec un appareil photo dans les mains, elle vient et miaule jusqu’à ce que je retourne avec elle dans la chambre -true story-) Tout ça pour que je la prenne en photo, tss.
DSC_0367
Le livre en lui-même, est beaucoup plus grand que ce que je pensais. La qualité est superbe avec de belles pages sur papier glacé et de magnifiques pages de garde illustrées. C’est le genre de livre que vous voulez chérir et qui ferait un cadeau parfait pour tout fan de Harry Potter. C’est dur d’attendre les éditions illustrées du reste de la série (un par an, et il ne fera peut-être que les quatre premiers), je vais certainement les acheter dès qu’ils seront publiés.
DSC_0363

Mes photos de ce livre ne peuvent tout simplement pas lui faire justice. Je suis en amour avec le souci du détail et la façon extraordinaire qu’il a de représenter cette histoire.

EN DÉFINITIVE:

Cette nouvelle édition du début des aventures d’Harry Potter est un must-have pour les fans. Harry Potter à l’école des sorciers, édition illustrée est un trésor pour ceux d’entre nous qui veulent continuer à s’enfuir dans un des mondes imaginaires les plus aimés de la littérature.

La Chronique des Anciens, tome 1 : Le baiser du dragon – Thea Harrison – Un premier tome excellent et un bestiaire des plus original !

la-chronique-des-anciens,-tome-1---le-baiser-du-dragon-3651432
● Editions J’ai lu (Collection Crépuscule) ● 2011 VO / 2013 VF ● 407 pages ● 6.95€ ● Lu: 05/02/2016

 

Le Livre:

Mi-humaine, Mi-Wyr, Pia Giovanni a été choisie pour une mission ultra dangereuse : dérober un élément du trésor de Dragos Cuelebre, le dragon le plus redoutable au monde. Simple pion dans la guerre qui oppose le roi Faë à Dragos, Pia va bientôt subir la colère de la ténébreuse créature…

Mon avis:

– Je suis affligé d’une curiosité insatiable. Je suis jaloux, égoïste, exclusif et possessif. J’ai très mauvais caractère et je sais que je peux être un salaud cruel. (Il pencha la tête.) Je mangeais les gens, tu sais.
S’il avait l’intention de sécher ses larmes en la choquant, ce fut réussi. Elle laissa échapper une espèce de hoquet de rire.
– C’est affreux, dit-elle. Je suis sérieuse, c’est affreux. Ce n’est pas drôle. Je ne suis pas en train de rire…
– C’était il y longtemps, soupira-t-il. Des milliers d’années. Je fus la Bête dont parlent les Elfes.
Elle ferma les yeux et inspira profondément.
– Qu’est-ce qui t’a fait arrêter ?
– J’ai discuté avec quelqu’un. C’est alors que j’ai décidé de ne plus manger quelque chose qui parle.

Ce dialogue entre Dragos et Pia résume l’une des raisons pour lesquelles j’ai aimé ce livre. Un prédateur qui fond comme neige au soleil check, une héroïne qui le défie (sans en faire des tonnes et des tonnes) et l’aide à changer check, quelques sentinelles sexy (dios mío) check, la construction d’un monde réaliste, d’un bestiaire et d’une romance check de l’extrême. En résumé, ce livre a tout pour lui.

L’histoire est vraiment bonne et si bien agencée qu’à certains égards, je dirais qu’elle est beaucoup plus proche de fantasy que d’une romance paranormale typique; le livre fait par égal de l’histoire et de la relation des deux personnages principaux. La construction du monde se fait à merveille, il est si rafraîchissant et si captivant.

Pia, le personnage central, est très forte et a des principes. Elle ne m’a jamais donné envie de l’ignorer ou de me focaliser sur le héros parce que je ne l’aimais pas. Quand on découvre enfin de quelle créature elle tient son côté Wyr, j’ai été très surprise, je ne m’y attendais pas du tout ! (Je peux d’ores et déjà vous dire que ce n’est pas un ouistiti !)  Lorsque nous la rencontrons la première fois, elle vient d’être contrainte de voler un seigneur dragon très puissant. Etant une femme intelligente, elle a uniquement volé un centime et elle a même laissé un petit mot d’excuse. Dragos le remarque malgré cela et la pourchasse, avec toute la force de ses redoutables pouvoirs. Les choses commencent à devenir intéressantes quand ils se rendent compte que le chantage fait à Pia fait partie d’un jeu politique plus grand entre les Faës et les races anciennes… et quand il découvre leur attraction mutuelle.

Et Merlin, quelle relation !  Dragos est, euh, très masculin et surtout très attiré par Pia. C’est une romance paranormale, donc je n’exagère pas en disant que le sexe est très présent, MAIS ce que j’aime est que la relation entre eux est représentée avec beaucoup de respect et de tendresse (et sans vulgarité). Ils sont tellement bien ensemble que vous voulez vraiment les aider à surmonter tous les obstacles pour qu’ils obtiennent leur « happy ending ». Les personnages secondaires sont également très très bons, en particulier Graydon et Tricks (un personnage haut en couleur !). Ses sentinelles se composent de quatre griffons, une goule, un oiseau-tonnerre et une femme harpie. J’ai adoré leurs réactions face à Dragos et Pia. Le couple pour le prochain livre est habilement tissé dans la trame.

Il y a néanmoins quelques incohérences qui m’ont dérangé. Dragos à des milliers d’années et pourtant, parfois sa façon de parler était très formelle et parfois, il parlait comme un mec qu’on pourrait croiser dans n’importe quel café. J’espérais un Dragos plus sombre et effrayant, c’est vrai.

Mis à part quelques petits défauts, ça reste un roman extrêmement bien écrit pour le genre, rempli de situations comiques et hilarantes:

– C’est votre longue queue de reptilien couverte d’écailles, ou est-ce que vous êtes tout simplement content de me voir ?

Un livre qui n’a pas peur de se moquer de lui-même, si on compare à tous les livres paranormaux qui prennent leur propre mythologie tellement au sérieux.

Si vous aimez la romance paranormale, c’est un des meilleurs exemples du genre selon moi. Ce n’est pas un coup de coeur (je suis de plus en plus difficile niveau lecture) mais il reste délicieux, unique, plein d’humour, et so sexy. Pour couronner le tout, je vous mets au défi de ne pas tomber amoureux.se du prochain dragon que vous verrez après ça!

Ma note: 4.5/5