La Quête d’Ewilan, tome 2 : Les frontières de glace – Pierre Bottero – Pourquoi ai-je attendu si longtemps ?

la-quete-d-ewilan,-tome-2---les-frontieres-de-glace-2829552
● Editions Le Livre de Poche ● 2003 ● 272 pages ● 7.60€

Le Livre: 

Ewilan et Salim sont partis avec leurs compagnons aux abords des Frontières de Glace pour libérer les Sentinelles garantes de la paix. Un périple plein de dangers, au cours duquel Ewilan devra une fois de plus affronter ceux qui ont juré sa perte ; mais le groupe découvrira aussi de nouveaux alliés, dont une marchombre aux pouvoirs fascinants…

La Quête d’Ewilan, les chroniques.



Mon avis:

Qu’est-ce qu’il m’a pris d’attendre aussi longtemps pour lire cette merveille ? J’ai encore des frissons et des étoiles dans les yeux.

“Parce que sans tes yeux, je suis aveugle. Sans tes mots, je me perds. Parce que sans toi, mon âme est nue. Sans toi, je ne suis rien… Parce que… je t’aime…”

Une lecture dans la continuité du premier tome, très agréable et facile à lire. L’aventure est encore plus poussée et j’étais complètement dans l’histoire. J’ai adoré suivre la quête de nos personnages. Le tout reste très jeunesse, mais l’on sent quand même une certaine profondeur, que ce soit la psychologie des personnages ou l’univers très bien travaillé. Voilà une force qui était celle de Pierre Bottero: écrire des livres jeunesses sans prendre son public pour des enfants.

Le monde de Gwendalavir prend littéralement plus de couleurs et de féeries avec les descriptions extraordinaires du voyage (la quête !) que fait l’auteur à travers les yeux des personnages, mais aussi grâce aux petites citations présentes en chaque début de chapitre. L’histoire de Gwendalavir se dévoile.

Ce que j’aime par-dessus tout en Gwendalavir, outre la salade de champignons, c’est l’inutilité du mot impossible.
Merwyn Ril’ Avalon

Au-delà de l’imaginaire, ce livre est d’une profonde humanité. C’est une très belle histoire d’amitié, de dévotion et de solidarité. Il nous fait prendre conscience que le fait de trouver sa voie n’est pas forcément synonyme d’égoïsme. Une fois de plus, j’ai souri et même esquisser des petits rires grâce à l’humour bien présent, surtout avec Salim et Bjorn qui ne cessent de se lancer des piques parfois absurdes mais drôles. Les personnages, bien que toujours stéréotypés, sont mieux maîtrisés, leurs personnalités plus définies ce qui en fait un petit groupe extrêmement attachant. Deux nouveaux compagnons rejoignent d’ailleurs l’aventure.

“Tout parle à qui sait lire, voir et écouter.”

La seule chose qui m’a dérangé c’est que j’ai trouvé la fin peut-être un peu précipitée. Les événements s’enchaînent à toutes vitesses. J’aurais préféré que cette partie soit plus longue et détaillée. Le petit plus: à la fin il y a un glossaire des personnages/créatures du roman.

J’ai étudié l’autre monde. Il est déchiré par la guerre depuis des siècles. Les hommes s’y entretuent, anéantissent en une journée ce qu’ils ont mis des années à bâtir… J’aimerais pouvoir affirmer que cela n’existe pas en Gwendalavir, c’est hélas impossible. La guerre existe ici aussi. Peut-être l’homme est-il fondamentalement allergique à la paix ?
Maître Carboist, Mémoires du septième cercle.

Ma note: 4.5/5

coup de coeur 2

La Quête d’Ewilan:
1 – D’un monde à l’autre
2 – Les Frontières de glace
3 – L’Île du Destin

 

Publicités

Le Noir est ma Couleur, tome 1: Le pari – Olivier Gay

 Elle regarde son frère. Son frère la regarde. Ils regardent mes liens. La machine à laver les regarde.

le-noir-est-ma-couleur,-tome-1---le-pari-464748 - Copie
● Editions Rageot ● 2014 ● 311 pages ● 11.90€ ● Lu: 23/03/2015

Le Livre

Normalement, Alexandre le bad boy du lycée n’aurait jamais prêté attention à Manon l’intello du premier rang. Pourtant, à la suite d’un pari, il a décidé de la séduire.

Normalement, Manon n’aurait jamais toléré qu’Alexandre vole à son secours. Pourtant dans l’obscurité d’une ruelle, sa présence s’est révélée décisive.

Alexandre doit se rendre à l’évidence. Rien n’est normal dans cette histoire.

Manon acceptera-t-elle qu’il entre par effraction dans son univers ?

Deux destins liés malgré les apparences…

 

Mon Avis:

Avant de vous livrer mon avis, je tiens à remercier Olivier Gay pour sa gentillesse!

Alexandre le beau gosse et Manon l’intello, voilà une phrase qui peut faire frémir d’envie les amateurs de clichés. Alexandre est beau, Alexandre fait de la boxe, Alexandre est le bad boy du lycée alors que Manon, elle, est toujours assise au premier rang, Manon a de bonnes notes et surtout, Manon ne se fait pas remarquer (et aussi ne tombe pas aux pieds de notre cher Alexandre).

Oyez, Oyez braves gens, je le proclame haut et fort, n’ayez pas peur! En lisant les premières pages du roman, je n’y ai plus vraiment pensé, et je dois dire que la façon dont l’auteur met ça en place est très bien!

J’ai vraiment apprécié la plume du romancier. C’est bien travaillé, fluide et moderne, pas de problème de compréhension et surtout, Olivier Gay alterne les points de vue ce que j’ai beaucoup aimé! J’aime voir un personnage à travers les yeux d’un autre, mais également de connaître ce personnage à travers ses pensées et ses sensations.

Au début du roman, le comportement d’Alexandre m’a fait grincer des dents, mais une fois que la parole était laissée à Manon, un sentiment proche de l’indifférence apparaissait. Mais ensuite, au fil des pages, j’ai appris à l’apprécier avec son petit côté rebelle « je m’en foutisme » et ses convictions pleines de courages. Pour Manon, j’ai tout de suite adhéré, c’est une adolescente « simple » mais têtu, j’ai aimé sa détermination et ses doutes en ce qui concerne la magie. J’ai beaucoup de mal avec ses parents, surtout son père en réalité. Son frère et sa sœur m’ont laissé un bon sentiment, mais je ne les connais pas encore assez pour donner un véritable avis! Les rencontres de ses deux caractères aux antipodes l’un de l’autre donnent des échanges savoureux!

J’ai parlé de magie plus haut car oui, il y a de la magie dans ce récit! Et quelle magie! Je ne dirais rien de plus que le fait que j’ai beaucoup aimé, c’est inattendu, et même étant fan de Bottero, la ressemblance dont on m’avait parlé ne m’a pas choqué ou dérangé en outre mesure. Cela reste très original est tout à fait fascinant.

Le livre est rythmé, on se s’ennuie pas du tout, c’est même assez dur de reposer le roman. L’auteur a réussi à me surprendre et la fin me laisse avec des tas de questions, et la soif d’apprendre davantage.

Pour tous ceux qui voudraient découvrir un nouvel auteur français, je vous conseille Olivier Gay (et la rime c’est cadeau)! Un roman qui plaît aussi bien aux adultes qu’aux adolescents.

ma note: 18,5/20

Le Noir est ma Couleur:
1 – Le Pari
2 – La Menace
3 – La Riposte
4 – (juin 2015)

La Quête d’Ewilan, tome 1 : D’un monde à l’autre – Pierre Bottero

« Il montra Camille du doigt.
– Et là, que lui arrive-t-il?
Le vieil analyste tourna son regard vers les jeunes gens, toujours assis au bord de l’eau.
– Elle apprend à vieillir, explique-t-il d’un ton triste, ça lui fait mal. »

couv19883932
● Editons Rageot (poche) ● 2003 ● 281 pages ● 7.70€ ● Lu: 23/01/2015

_______

_______

Le Livre:

Quand Camille vit le poids lourd qui fonçait droit sur elle, elle se figea au milieu de la chaussée. Son irrépressible curiosité l’empêcha de fermer les yeux et elle n’eut pas le temps de crier… Non, elle se retrouva couchée à plat ventre dans une forêt inconnue plantée d’arbres immenses. Te voici donc, Ewilan. Nous t’avons longtemps cherchée, mes frères et moi, afin d’achever ce qui avait été commencé, mais tu étais introuvable…

La Quête d’Ewilan, les chroniques.

 

 

Lire la suite »