Stage Dive, tome 1 : Rock – Kylie Scott – Un cocktail un peu bateau mais très frais et rock ‘n’ roll !

stage-dive,-tome-1---rock-551231 2
● Editions JC Lattès (Collection &moi) ● 2014 VO / 2015 VF ● 299 pages ● 12.50€

Le Livre:

Après une nuit bien arrosée à Las Vegas pour ses vingt-et-un ans, Evelyn se réveille avec un terrible mal de tête et un bel inconnu à côté d’elle, sans aucun souvenir de la veille. Lorsqu’elle se rend compte qu’elle a une bague au doigt et le prénom « David » tatoué sur la fesse, elle ne tarde pas à comprendre qu’ils se sont mariés durant la nuit… Et elle n’est pas au bout de ses surprises en découvrant des hordes de paparazzis devant chez elle : David est en fait le guitariste de Stage Dive. Mais peut-elle vraiment envisager une relation avec une rock star ?

Mon avis:


A cause du contexte « groupe de rock », j’ai commencé ce livre avec des préjugés et je m’attendais à une histoire trash et un héros excessivement bad boy. Ou à un truc vachement culcul, ennuyant à mourir avec une héroine franchement pas attachante (pour rester polie) un peu comme Rien qu’une chanson.

Mais au contraire, c’était frais, mignon, léger. Les premières pages sont très addictives et donnent directement le ton. Evelyn se réveille un matin avec une gueule de bois de la mort qui tue et des souvenirs douloureusement flous, avec un homme magnifique, fort et tatoué à ses côtés.

 » Je me réveillai sur le carrelage de la salle de bain. J’avais mal partout et une haleine de poney. Mais qu’est-ce qui avait pu se passer, hier soir ? Je me souvenais du compte à rebours jusqu’à minuit et de l’exaltation d’avoir vingt et un ans. Enfin majeure ! Je me revoyais danser avec Lauren, discuter avec un mec. Et puis BAM !
Tequila. »

Evie est une héroïne rafraîchissante, terre-à-terre et honnête. Je me suis immédiatement prise d’affection pour elle. Elle n’est pas un stéréotype mince et parfait, mais n’est pas non plus une fille mal dans son corps. Elle ne va pas chercher à s’enfuir, sur-réagir ou tomber aux pieds de David dès les premiers signes de «pardon». Elle est juste une fille normale dans une situation très anormale. Et elle réagit en conséquence. 

Honnêtement, sur la fin, quand je voyais où ça allait, j’avais peur qu’elle se laisse faire assez facilement, mais il s’est avérée que non. J’ai respecté ses décisions et aimé la façon dont elle a géré le tout.

Je suis totalement tombé en amour pour David. Il a fait fondre mon petit cœur. Il était tellement doux, tendre et dur à la fois (un peu comme les Tic-Tac à la menthe). Il n’est pas le bad-boy que la plupart des livres du genre nous montrent.

« Ce n’est pas juste que tu te souviennes et moi pas. »
« Non, » dit-il, sa voix dure, froide, d’une façon que je n’avais jamais entendue. Il me regarda, la machoire serrée. « Ce n’est pas juste que je me souviennes, et toi pas, Evelyn. »

Le style d’écriture à une belle allure, c’est amusant et crédible, doux et très sexy. J’ai hâte de découvrir les autres protagonistes, l’auteur apporte juste la bonne dose de personnages secondaires pour nous intéressés pour les futurs story lines. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé Malcom (aka Mal), qui est bourré d’humour et de répliques sarcastiques. Mais celui qui m’intrigue le plus reste Jimmy (le frère de David), alors que j’ai trouvé Ben très effacé dans ce premier tome. Lauren, Nath et Amanda sont également très sympathiques !

Mal: « Tu as kidnappé une nana. C’est super mais totalement illégal, Davie. Tu vas probablement devoir la rendre. »

Certes c’est une romance « rock star » et ça reste donc prévisible la plupart du temps. Mais à mon sens, c’est aussi un livre sur les prises de risque, il vous incite à suivre vos envies (je vais peut-être trop loin dans mon raisonnement ?). Et ça avec juste la bonne quantité de tout ce qu’on peut souhaiter pour ce genre-là.

Ma note: 4.5/5

Son Carnet Rouge – Tatiana de Rosnay

son-carnet-rouge-571086
● Editions Le Livre de Poche ● 2014 ● 188 pages ● 6.90€

La quatrième de couverture :

L’infidélité est-elle indissociable du couple ? Le conjoint trompé est-il toujours victime ? Le fruit est-il plus savoureux lorsqu’il est défendu ? Tels sont les thèmes que Tatiana de Rosnay décline au fil de ces nouvelles drôles et décapantes. Jeune fille au pair ou meilleure amie, les profils sont divers et les tentations multiples pour un homme. Pourtant les femmes, qu’elles soient bafouées ou volages, ne sont pas en reste. Elles se surpassent même : rendre leur bague sans un mot, tromper en retour, dévaster le domicile conjugal et déchirer les cœurs… ou simplement pardonner par amour ou par dépit. À travers ces histoires brûlantes d’amours interdites et de duperies démasquées, l’auteur revisite l’adultère dans tous ses états. Vengeances machiavéliques, situations tantôt tragiques, tantôt cocasses, les chutes inattendues de ces récits sont toujours croustillantes et parfois glaçantes. Sur un ton léger et souvent sarcastique, Tatiana de Rosnay nous offre un ouvrage jouissif, où le rire se mêle à la compassion et la transgression au désir.

_________________________

 Ahhh Tatiana de mon cœur, comme on se retrouve. Je suis d’abord tombée amoureuse de ton écriture avec le suspense palpitant de Le Voisin puis tu m’as confortée dans mon amour avec l’émouvant Elle s’appelait Sarah et voilà qu’encore une fois tu ne m’as pas trompée avec Son Carnet Rouge (petit jeu de mot sympa, vous comprendrez plus bas).

Son carnet rouge est donc un recueil de nouvelles léger, à lire sur la plage, sur un banc dans un jardin ou tranquillement le soir dans votre lit, ici no prises de têtes garanties. Les nouvelles sont très courtes, à déguster à l’intercours de philo ou entre deux réunions. Elles traitent toutes de tromperies. Entre coucheries clandestines, secrets coquins et plaisirs inavoués on ne s’ennuie pas ! (mais il n’y a pas de scène de sexe pour ceux/ celles qui les attendaient)

En effet chaque histoire est unique, même si certaines comme celle avec une prostituée sont plus classique, et vous emporte dans un foyer différent avec des personnages différents, tous assez attachants, ou cocasses, même s’ils sont très éphémères (nouvelle oblige). La plume de Tatiana nous emporte et à la fin de chacune d’elles on en veut plus, on veut connaître la suite, on veut continuer de suivre les personnages.

Cependant, malgré les scénarios originaux, pour éviter l’effet rébarbatif je vous conseil de ne pas lire le recueil d’une traite mais de piocher dedans par petits bouts, elles n’en seront que meilleures !

Il y a aussi, juste un petit détail certes, mais qui fait sourire, pour le nom de certains personnages. En effet chaque nouvelle s’ouvre avec une citation par exemple : une citation de Molière (jb Poquelin pour les intimes) et le personnage s’appelle Jean Baptiste, ou une citation de Balzac (auteur d’Eugénie Grandet) et BAM un personnage qui s’appelle Eugénie. Ah oui elle s’est amusée ! Je vous laisse chercher les autres.

Bonne lecture les amis !

Ma note: 17/20

Rien qu’une chanson – Stacey Lynn – Premier abandon de l’année!

rien-qu-une-chanson,-tome-1-413653
● Milady (Central Park) ● 2013 VO / 2014 VF ● 432 pages ● 7.90€

 

Le Livre:

La mélodie du bonheur n’a jamais été si rock’n’roll…

Depuis qu’elle a perdu son mari et son fils, Nicole n’est plus que l’ombre d’elle-même. Sa meilleure amie, Mia, tente de lui redonner le goût de vivre. Un soir, au pub, elle la met au défi de se faire inviter par un bel inconnu. Nicole flirte alors avec un brun ténébreux, sans se douter une seule seconde qu’il s’agit de Zach Walters, rock star mondialement célèbre… Succombant au charme de la jeune femme, le chanteur lui propose de suivre le groupe en tournée. Les secrets du passé leur permettront-ils de former le duo dont ils rêvent ?

 

Mon avis:

Je n’ai pas accroché. Pourtant d’habitude avec ce genre de lecture je suis assez laxiste, mais là je n’ai même pas réussi à finir le bouquin! Je suis du genre à m’accrocher même quand je n’aime pas un livre quitte à le mettre de côté un temps, mais cette année j’ai décidée de ne plus perdre mon temps. Quand j’ai commencé, les premières pages semblaient pourtant prometteuses.

L’histoire est plate, tourne en rond, et Merlin, tellement prévisible. Soyons d’accord, l’histoire de Nicole est vraiment tragique mais l‘impact émotionnel que celle-ci est censé générer n’a pas marché avec moi. Il n’y a pas eu assez d’information sur la vie heureuse et pleine d’amour qu’elle avait (peut-être plus tard dans le roman, mais pas au bout de 250 pages en tout cas). Elle nous parle un peu de son mari, mais le fils n’a pas été mentionné beaucoup, ni combien elle a été bouleversée en tant que mère de perdre son enfant.

Zack est niais au possible, c’est le genre de gars un peu trop parfait, trop beau, trop compréhensible (il demande à Nicole de partir en tournée avec eux quelques heures après l’avoir rencontré!). Rien d’un « bad boy rock star » haha. Son histoire d’amour avec Nicole arrive bien trop vite, donc on s’ennuie (comme si on s’ennuyait déjà pas assez) très rapidement. Même le peu de sexe qu’il y a eu est ennuyant.

Et Mia? ah, la sulfureuse Mia! Même pas envie d’en parler. Ouais, les personnages secondaires (c’est quoi leur nom déjà?) sont fades et pratiquement inutiles. Je crois que tout dans ce livre relève du cliché, et mal amené en plus.

Le premier chapitre était bon et déjà le deuxième se révélait insipide. La suite n’était que cris, larmes et pages brûlées. Impossible de terminer.

Le tome 2 est sur ma bonne copine Mia, je ne peux plus attendre tellement j’ai hâte de le lire!

9697238

Walking Disaster (tome 2) de Jamie McGuire

Walking Disaster de Jamie McGuire (ATTENTION GROS SPOILERS j’ai essayé de ne pas trop spoiler la toute toute fin parce que c’était inattendu mais le reste ce sont des choses que l’on apprend dans le tome 1 de toutes façons)

beautiful,-tome-2---walking-disaster-513830-250-400
● Editions J’ai Lu ● 2014 ● 473 pages ● 13€

 

Pour se replacer dans le contexte, Walking Disaster c’est le tome 2 ou plutôt tome 1 bis (parce que vous n’êtes pas obligés de lire le 1) de Beautiful Disaster, qui n’est pas la suite mais la même histoire réécrite d’un point de vu différent. C’est-à-dire dans cette histoire d’amour entre Abby et Travis, Abby est le narrateur du tome 1 et Trav (de son petit nom) du tome 2 (1 bis), mais il s’agit bien d’EXACTEMENT la même histoire, ça va je ne vous ai pas perdu ?

 

 

 

 

Donc tout de suite pour commencer je vous préviens je ne pourrais comparer que vaguement les deux tomes ayant lu le 1 il y a moult temps. Cependant je ne vous conseille pas de lire les deux à la suite parce que même un an plus tard, l’impression de relire un livre déjà lu est revenu à plusieurs reprises. Mais je pense qu’il est quand même très intéressant de lire les deux points de vu !

Vous l’aurez compris, dans cette chronique il s’agira plus d’un avis global sur les deux bouquins.10979244_933834069983421_503525002_n

D’abord, l’auteur, j’avais déjà bien aimé son écriture dans le tome 1 et en plus là je la trouve franchement douée ! Pour être une femme et écrire du point de vu d’un garçon je trouve déjà ça fort mais en plus là je ne vous parle pas de n’importe quel homme c’est Travis Maddox ! Le dieu de la fac, violent, brisé, instable, (un peu vulgaire) et fou. Surtout fou oui, mais fou amoureux. Fou amoureux d’Abby donc, la petite qui à l’air toute propre sur elle, toute jeune et innocente mais qui est en fait une « retraitée » de Vegas élevée par la mafia.

Ce que j’aime justement c’est qu’on croit ouvrir un livre avec une histoire bateau « le dieu de la fac qui attire toute les filles, avec son côté bad boy et beau ténébreux et LA fille à qui il ne plaît pas dont il tombe bien sûr amoureux » en somme « tout les opposent, vont-ils surmonter leurs différences et vivre heureux ?» mais on s’en éloigne très rapidement quand on apprend qu’Abby a également un côté bien sombre et qu’on trouve que Travis amoureux c’est un peu cucul la praline (vous comprendrez quand je parlerais de la fin) (mais pas totalement non plus parce que Travis amoureux = peur de la perdre = Travis violent) (oulah, je me trouve vachement mitigée!).

Enfin bon les personnages me plaisent bien. Je trouve belle également l’amitié entre America et Abby, quand je referme le livre et que j’y pense, je me dis que c’est fou, leur proximité, leur complicité, ce qu’elles ont traversés ensemble, comme elles sont soudées (et solide comme la soudure (ah danakil quand tu nous tiens)). Ca fait sacrément réfléchir ! Imaginez : jeune et innocente vous rencontrez une fille fort sympathique vous devenez très amie avec elle mais vous découvrez qu’elle est très impliquée avec la mafia, qu’à 13 c’est la meilleure pokéreuse de Vegas (pokéreuse : nom féminin, très proche du radical Pokémon mais qui n’a rien à voir, qui signifie « une fille qui joue au poker), ça ne vous donnerait pas envie de fuir en courant ? M’imaginer à sa place, ça me pose question quand même.

Travis, lui, plus cru et violent, m’a fait verser une larme dès la première page à la mort de sa mère. Et son histoire avec ses frères, enfin voir comment on rend des liens familiaux (surtout entre frères et/ ou sœurs) dans les livres me passionne, je ne sais pas comment m’exprimer, ils sont violents certes mais seront toujours là les uns pour les autres.

Par contre la fin ! Oh Travis de mon cœur tu m’as déçue ! après un livre pleins d’actions, de rage, de pulsions on nous sert une fin gnangnan au possible ! Enfin je dis ça mais j’aime les happy ends et le dénouement est plutôt sympathoche et original dans ce que Travis devient mais le cliché de la petite famille parfaite avec les enfants qui attendent le bisou de papa pour dormir « Bonne nuit papa » « Bonne nuit mon chéri » et puis « je l’aime comme au premier jour » « l’amour de ma vie » ça on l’aura compris. Pardon, c’est bien ça renforce la profondeur de leur amour mais c’est un peu rébarbatif à la fin.

Bon, globalement c’est plutôt positif quand même !

Ma note : 15/20

Nos faces cachées – Amy Harmon

« Si Dieu façonne nos visages, a-t-il ri quand il a créé le mien ? »

nos-faces-cachees-510548
● Editions Robert Laffont (collection R) ● 2013 ● 437 pages ● 17.90€ ● Lu: 24/01/2015

___

Le Livre:

Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l’on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu’à ce qu’il cesse de l’être… Nos faces cachées est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L’histoire d’amour d’une jeune fille pour un garçon brisé, d’un guerrier pour une fille ordinaire. L’histoire d’une amitié profonde, d’un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu’il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

_____

_____

Lire la suite »

Cinquante nuances de Grey – EL James

couv112968
● Le Livre de Poche ● 2014 ● 672 pages ● 6.90 € ● Lu: 25/12/2014

 

Cinquante Nuances de Grey de EL James (fifty shades pour les intimes)

 

« Ne fais jamais confiance à un homme qui sait danser »

 

 

Nous y voilà, ma première chronique littéraire, et en plus, elle est négative ! Pas entièrement j’imagine puisque je suis allé au bout, mais bon, je vais essayer d’aller au fond de ce que je pense.

Lire la suite »